GALI  » Broyer la douceur »

51593516_473232283208563_653331226563706880_n
Nous avons le plaisir de vous inviter aux vernissages de l’exposition de GALI , » Broyer la douceur » qui se passera en deux temps :
tout d’abord le vendredi 8 mars à partir de 17h en présence de l’artiste
puis le samedi 9 mars à partir de 16h . Ce jour là nous aurons également le plaisir d’accueillir la violoncelliste Marianne MUGLIONI  pour un concert à partir de 19h .
Gali présente ici des oeuvres inédites , huiles et pigments sur toile de lin  ainsi qu’une série de dessins en noir.
Depuis plusieurs années la nature  qui l’entoure près d’Hourtin est évidemment source d’inspiration.
L’introspection heureuse de Gali  l’a conduit à un désir de partage dans la douceur et la sérénité.
Un concert de de Marianne Muglioni , avec qui Gali travaille régulièrement , complétera cet élan .
Marianne Muglioni
Violoncelliste
Diplômée du conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon
Fondatrice et directrice artistique de l’association Les Caprices de Marianne   

« Concordances » – exposition thématique

IMG_1152 2w

Vernissage de l’exposition le vendredi 18 janvier .

Concordances c’est tout d’abord une rencontre : entre mon confrère Fausto Mata et moi-même et comme dans toutes les véritables rencontres il y a un échange . Nous sommes tous les deux passionnés d’art et de création contemporaine , convaincus que les artistes au travers leur création ouvrent des portes vers la compréhension sensible de notre monde

« La beauté de l’art et son immense créativité est à la fois moteur et révélateur de vie, à condition bien sûr de les partager. » ( Fausto Mata )

C’est donc dans cette volonté de partage que nous vous offrons notre regard au travers d’oeuvres selectionnées par nous , en y cherchant les concordances comme point de départ aux échanges entres les artistes et leur oeuvres d’une part et ceux qui les regardent d’autre part .

Les artistes présentés : Bergt Lindström, Combas , Erro, Leberloa , Fournié , Skourias ( Skou) , Drouet etc.

Illustration ( détails): Bergt Lindström , acrylique sur papier, 80 x 65 cm, 1980.  

KEGREA ,  » Forgotten People  » – à partir du 23 novembre / peintures/sculptures/ édition/ livre

KEGREA

Rencontre et dédicace ,

le samedi 1 décembre  à partir de 15h .

 

« J’ai 30 ans et je suis peintre.

Je travaille particulièrement sur des thèmes comme la mémoire, la transmission et la vie à travers les souvenirs.

Cet ouvrage sera mon 4 ème livre.

Depuis plus d’une dizaine d’années j’arpente , à l’abri des regards les lieux oubliés en quête de découvertes : des usines fermées aux maisons abandonnées en passant par les hôpitaux ou encore les écoles. Ces capsules temporelles me procurent toujours la même adrénaline et l’envie d‘immortaliser à travers la photo et la peinture ce que ces lieux chargés d’histoire m’inspirent.  

J’interprète en peinture les photos argentiques que je trouve sur place. 

A travers mon travail, je cherche à rendre hommage à toutes ces personnes oubliées, dont les souvenirs gisent au sol et que la vie a laissé pour compte. Mon but est simple : peindre ces moments de vie et faire en sorte qu’ils continuent à traverser le temps , comme un devoir de mémoire

 

 

Yannick Fournié – Peintures , morceaux choisis – à partir du 8 novembre

yannick pour site

Rencontre avec Yannick Fournié le samedi 10 novembre à partir de 15H

 

 

Yannick Fournié vit et travaille à Biarritz.

Ambiguité est sûrement le mot qui caractérise le mieux autant Yannick que sa peinture. Entre puissance et sensibilité, anima et animus, identité sociale et moi profond.

Après un parcours de vie aussi atypique que riche et fort (dont une carrière en tant que parachutiste dans l’armée française), éloigné du domaine et de la sensibilité artistique, ce n’est qu’en 2010, à 38 ans,  que Yannick s’est saisi d’une toile et de pinceaux. Tel un aboutissement, une maturation personnelle l’amenant à un désir impérieux de se servir de ce medium artistique et sensible pour exprimer l’intensité qui bouillonne en lui et… sa quête de sens.  Son sujet ? L’identité et toute sa dualité entre ce que nous sommes intérieurement et les codes de notre société dont nous nous revêtons extérieurement. Yannick joue de cette ambiguité, l’aiguise pour la sublimer et, au final, nous toucher. Chaque toile de Yannick, sans exception, quelle que soit la thématique de ses séries qu’il développe, met en contraste les caractéristiques humaines de l’identité contemporaine. Au travers de ce qu’est le sujet peint ou au travers de ce que nous en percevons et/ou de ce que l’oeuvre éveille en nous, ses œuvres nous bousculent.

Techniquement, et esthétiquement, Yannick alterne  l’acrylique ou l’huile  tant que cela  lui permet de jeter idées, émotions, commencer et terminer un œuvre d’un trait, dans son élan, déterminé, compulsif, tout en permettant de donner à ses œuvres cet éclat qu’il ré-hausse encore grâce à ce vernis dont il termine ses oeuvres. Et si cela ne fait que quelques années qu’il peint, la précision et la justesse d’exécutions sont impressionnantes. Si la technique, très proche du réalisme, est frappante, ce n’est pas une finalité ni un objectif, mais un moyen qu’il sait parfaitement enrichir de l’émotion et de l’esthétisme que procurent ces coulures, cette chair picturale qu’est la peinture, sa facture. Quant à sa palette de couleurs, elle est résolument contemporaine, vive, mais toujours parfaitement équilibrée. Et même lorsque le sujet est en pénombre, dans ce clair-obscur qu’il manie également parfaitement, ses œuvres éclairent la pièce dans laquelle elles se trouvent.

 

« Rouge » exposition thématique et collective à partir du 6 octobre

roussel R

La couleur « Rouge »

Vous l’avez remarqué, certaine couleur sont une nécessité à un moment de notre vie. En ce moment pour moi, c’est le rouge. J’ai la chance, le privilège plutôt,  de représenter des artistes merveilleux. La plupart utilise le rouge naturellement, c’est une des couleurs primaires, d’autres se sont contraints un peu plus.  Tous ont été enthousiastes à l’idée de travailler autour de cette couleur, d’explorer d’autres voies et de participer à cette exposition collective.

Même si l’histoire de la couleur rouge oscille d’un extrême à l’autre, énergie, force, sensualité, la guerre, l’enfer même, nous savons intuitivement que  l’émotion ressentie reste profondément intime.

Il est aussi intéressant de savoir comment la couleur rouge appliquée par l’artiste dans une certaine volonté ou émotion, est perçue par celui qui contemple son œuvre. Je recueillerai vos témoignages.

Pour une jolie anecdote , certain la connaisse: une dame, médecin, vient me rendre visite à la galerie par curiosité d’un artiste que je présentais alors. Cet artiste travaillait le rouge sur certaine de ses œuvres  d’une manière assez audacieuse puisqu’il pouvait peindre un paysage uniquement en nuances de rouge. Cette dame avait le rouge en horreur me disait t’elle, évoquant  son métier et puis « c’est comme ça » me disait elle…

Plus tard, à force d’être contemplé, un petit paysage rouge finit par lui évoquer les terres écrasées de soleil de son enfance. Elle en fut émue et étonnée, moi aussi. Elle fit  l’acquisition de ce tableau entièrement rouge qu’elle installa dans son cabinet, en face de son bureau, pour le contempler tout le long du jour.

Caroline Canon-Djebali

Oh Soleil! … jusqu’au 28 juillet

C.ADRA , acrylique sur toile, 100 x 73cm

Exposition collective des artistes de la galerie

Lumière , couleurs , danse , chant et joie , un programme réjouissant pour le mois de juillet à la Galerie des Remparts à Bordeaux et à la Galerie des Arcades au Village du Moulleau à Arcachon .

Clarisse NOLL et Soizick POMMIER , une exposition en duo du 1 au 16 juin 2018

clarisse Soizick 18

Regarder les œuvres de Clarisse Noll et de Soizick Pommier c’est comme découvrir une île exotique accueillante : faune et flore luxuriantes , cascades et couchers de soleil .. enfin seule , le temps d’une contemplation.

L’énergie colorée de Clarisse Noll sourde derrière la structure thoracique du bois comme une cellule organique palpitante qui se meut et se multiplie. Cette énergie explose et se déploie dans la peinture de Soizick Pommier, jaillit en couleur, s’accroche en perles aux branches des arbres et roule en bulles dans les ruisseaux.

Venez les rencontrer le jeudi 31 mai à partir de 17h puis l’exposition se déroulera jusqu’au 16 juin à la galerie.

Printemps 2018 – Exposition Collective

slide avril 2018

Cette exposition collective de Printemps  est l’occasion de mettre en avant le travail de différents artistes présentés pour la première fois  à la galerie et les oeuvres récentes des artistes permanents.

Ce sont donc les oeuvres d’Eric Bourdon, Marie Ange Daudé, Gali , Kegrea , Martine Pinsolle, Skou, Katy Wright, tous différents par leur âge et leur parcours mais tous semblables dans leur envie de peindre. Ils sont majoritairement de la région et pour certains nouvellement installés à Bordeaux comme Skou qui arrive de Grèce et Katy Wright de Grande Bretagne . 

 

A découvrir aussi les nouvelles toiles de Stéphane Leberloa , les photographies de Rony Speranza  et le retable de Murielle Vanhove .

La belle exposition « Manhattan » de Philippe Roussel est toujours visible au travers de quelques photographies peintes , acryliques sur toiles .

Jean Marie Drouet, Benoit Havard, Camille Adra et Onemizer ont une actualité importante mais nous ont réservé de nouveaux travaux  qui arrivent très bientôt .