Eric BOURDON

Traversée du désert - Eric Bourdon

Éric Bourdon est un artiste peintre et dessinateur qui vit et travaille à Lille, où il est né en 1979.

La peinture est la toute première passion de sa vie. Elle ne va provisoirement s’estomper que pour refaire ensuite surface, avec une évidence implacable et une énergie débridée, un peu avant ses vingt ans. « Deviens ce que tu es », enseignait déjà le poète Pindare…

Sans formation en art, Éric Bourdon improvise ses tableaux comme il s’est improvisé artiste. Le peintre autodidacte « se lance » sur la toile (vierge ou de composition abstraite) et y esquisse sans idée préconçue, presque au hasard, les premiers traits.

Lignes et couleurs n’existent alors que pour elles-mêmes, elles ne réalisent aucun projet, ne cherchent à rien représenter. Mais leur puissance expressive, la variété potentiellement infinie des formes et des contrastes, des mouvements et croisements de lignes courbes, cette incroyable surabondance de combinaisons possibles que l’on doit au libre jeu de l’imprévu et de l’accidentel, vont constituer une base pour la création d’un véritable univers de personnages et de scènes sortis de ce chaos coloré.

« Son univers est joyeux et fantasque, écrit Samantha Deman sur ArtsHebdoMédias (revue web qui a succédé au magazine d’art contemporain CIMAISE), le trait, primesautier, s’en donne à cœur joie sur la toile, virtuose de la ligne, des courbes et arabesques (…) Éric Bourdon façonne de gentils monstres qui évoluent paisiblement au milieu d’une faune d’individus aux silhouettes des plus étonnantes, rondouillardes ou dégingandées, toujours infiniment sympathiques et ravies de venir stimuler nos âmes d’enfant assoupies. »

C’est dans l’improvisation à partir d’un chaos de lignes aventureuses que les personnages prennent forme, progressivement. Comme on peut imaginer des créatures étranges dans les taches d’encre ou les nuages, Éric Bourdon leur donne naissance sur ses tableaux à partir du jeu de lignes entremêlées.

Dans un travail graphique qui entre en résonance avec celui de « grands peintres » comme Joan Miró ou Pablo Picasso, Éric Bourdon explore le potentiel créatif de l’improvisation. Ni abstraites ni figuratives, ses peintures se situent dans un entre-deux : un espace de « semi-abstraction » où l’artiste donne une forme à ce qui n’est, au départ, que pure énergie et liberté. Un espace dans lequel la vie prend du sens, où l’indéfinissable se manifeste, où l’inconnu devient presque familier, sans pour autant se laisser attraper, identifier et étiqueter… Ou juste pour rire, juste pour un bon titre. Et avant de retourner puiser dans le grand champ des possibles pour commencer une toute nouvelle toile.

Ces œuvres qui partent d’une base abstraite viennent parfois jusqu’à chatouiller des problématiques contemporaines et des sujets d’actualité, comme en clin d’œil. Mais elles témoignent surtout, en dessin et en peinture, par la multiplicité des personnages et des compositions ainsi créés, de l’insondable richesse créative du hasard et de l’accident, et de l’univers infini de possibilités que la vie nous propose…